Le meilleur moyen de récupérer son argent c’est d’entretenir des relations commerciales avec des partenaires solvables. Autrefois, le “crédit” d’une personne correspondait au montant de son patrimoine. La confiance que l’on apporte à une personne, c’est à dire son crédit, provient de cette idée qu’il serait plus aisé d’être remboursé par une personne qui a de l’argent qu’une personne qui n’en a pas. Dès lors, le premier commandement serait de bien connaître ses relations commerciales.

  • La veille juridique ou comment mieux connaître ses débiteurs

Le meilleur moyen de récupérer son argent c’est de ne pas avoir de dette. Toutefois, si vous n’avez pas de dette c’est que vous n’avez pas d’activité. En effet, l’endettement est parfois nécessaire ou forcée dans les affaires. Il n’est pas possible d’entretenir une relation commerciale établie sans avoir d’échéance sur les paiements des prestations. Dès lors, il est important de connaître ses partenaires et de tenir une veille juridique sur leur situation financière. Plusieurs prestataires exercent cette activité et vous avertissent de l’état financier de vos partenaires et vous apporte un service personnalisée en vous indiquant également les changements d’actionnaires et de dirigeant. Sinon, il existe des abonnements notamment sur infogreffe qui vous avertissent si votre débiteur est en cession de paiement et qu’une procédure collective est en cours.

  • Raccourcir au maximum les dates d’échéances

Toute les factures mentionnent une date d’échéance de paiement indiquant ainsi la date d’exigibilité de la créance. Il ne semble pas opportun d’accorder des délais de paiement trop long, à savoir 2 ou 3 mois, sauf si cela était prévu contractuellement. En effet, il est évident qu’un délai de paiement de plus de 3 mois est un avantage certain pour le débiteur. Dès lors, si cela n’a pas été prévu il faut privilégié des délais de paiement à réception de facture ou au maximum 15 jours. Ainsi il sera possible d’enjoindre plus rapidement son débiteur à payer.

  • Recouvrement à l’amiable

De nombreux agent en recouvrement vous proposent de recouvrir vos factures impayées. Pourtant de nombreux logiciels de comptabilité ou vos services internes peuvent très bien s’en charger. De plus ces sociétés ont parfois une mauvaise réputation et il faut donc bien veiller à ne pas froisser votre débiteur. Il arrive que le retard de paiement soit dû à une absence de trésorerie mais que l’entreprise débitrice soit en parfaite activité. Dès lors, il serait inapproprié de relancer votre débiteur par ce types de sociétés. Toutefois, il existe néanmoins certaines sociétés sérieuses qui exercent ce type de recouvrement de manière courtois et à contre courant des autres agents de recouvrement. Il est donc important de bien choisir son agent de recouvrement si nécessaire.

Quoi qu’il en soit si votre débiteur ne répond pas à vos relances il faudra dès lors le mettre en demeure de payer.

  • La mise en demeure

La mise en demeure est le préalable à une action judiciaire. La mise en demeure doit contenir certaine informations obligatoires et notamment un délai pour que votre débiteur s’exécute, à savoir 8 ou 15 jours selon vos préférences et l’urgence de votre situation. Comme indiqué vous pouvez faire appelle un des agents de recouvrement ou à des huissiers. La lettre de mise en demeure de l’avocat est également un bon moyen coercitif. En effet, la mise en demeure de l’avocat envoi un message à votre débiteur lui informant que vous allez l’assigner en justice s’il ne paye pas.

  • Les actions judicaires

Si malgré la mise en demeure votre débiteur ne paye pas vous devrez donc choisir la meilleur stratégie. Vous pourrez soit faire une injonction de payer, un référé ou une procédure au fond. Il est également possible de réaliser des mesures conservatoires pour ainsi prendre des garanties en cas d’insolvabilité de votre débiteur. Enfin, de manière plus coercitif, vous pouvez demander l’ouverture d’une procédure de redressement ou de liquidation. Cette pratique est beaucoup utilisé par les avocats. En effet, pour cela vous devez avoir un titre exécutoire que vous n’arrivez pas à exécuter. Ainsi vous démontrer le caractère de cessation de paiement et votre débiteur fera le nécessaire pour éviter cette procédure.